©Unsplash

Vivre ma ville : Los Angeles

Noémie Taylor-Rosner

Ancienne journaliste politique en France, Noémie Taylor-Rosner est aujourd’hui correspondante pour la presse écrite française. Marié à un Américain, elle s’est installée en 2011 à Los Angeles, qui compte aujourd’hui 13 millions d’habitants. Elle est l’auteure de Portraits de Los Angeles parus aux éditions Hikari.

 

 

Comment a débuté votre histoire avec Los Angeles ?

Alors que j’étais journaliste politique en France, j’ai décidé de partir un an au Proche-Orient, à Jérusalem, où j’ai rencontré mon compagnon américain, qui deviendra mon mari. Il cherchait à rejoindre la Californie. Comme je souhaitais travailler comme correspondante à l’étranger, je l’ai suivie aux USA même si je n’avais pas véritablement d’intérêt pour ce pays au départ.
En arrivant à Los Angeles, je n’ai pas particulièrement apprécié la ville, le choc était profond. Et c’est grâce au guide Portraits de Los Angeles que je l’ai découverte sous un angle différent. J’ai vu une autre ville, qui n’était pas celle que l’on voyait dans les médias avec les sempiternelles clichés californiens et de l’industrie hollywoodienne.

Quels sont les incontournables de Los Angeles ?

Il faut profiter de la côte Pacifique et bien sûr, se rendre à Venice pour la beauté des plages californiennes. Venice s’est beaucoup gentrifiée alors même qu’elle abritait une grande communauté hippie dans les années 60. L’endroit a changé mais on peut y passer un après-midi agréable. Sur ces allées bordées de palmiers, les Américains se baladent en skate, en roller ou à vélo. D’ailleurs il est possible de louer des vélos ou des tandems. Je vous conseille d’aller jusqu’à Santa Monica où se trouve cette fameuse grande roue que l’on voit sur tous les clichés des plages de Los Angeles. Vous y trouverez de nombreux restaurants avec terrasse, dont un pub anglais très populaire, le Ye Olde King’s Head, à deux pas de la promenade.

 

Je recommande aussi vivement Downtown Los Angeles, en pleine explosion ces derniers temps. C’est le quartier d’affaires ; d’ordinaire, c’est un quartier où l’on vient travailler et qui se vide totalement le soir. Depuis les années 2000, la municipalité de Los Angeles a engagé une réhabilitation du centre-ville qui est historiquement un endroit très intéressant, associé à des auteurs célèbres comme Charles Bukowski ou John Fante.
Bunker Hill est en plein développement. C’est dans ce quartier que se trouve le célèbre Walt Disney Concert Hall qui propose une programmation de concerts et d’opéras. Prenez le funiculaire probablement le plus court du monde, de la colline de Bunker Hill pour descendre jusqu’à Grand Central Market, un marché couvert centenaire, où vous trouverez des restaurants, cafés, de la street food… En sens inverse, le funiculaire vous mènera à Grand Avenue également appelée Museum Row, où se concentrent des musées intéressants. A côté du MOCA, musée d’art contemporain très pointu et avant-gardiste, je conseille de visiter The Broad, un musée à l’architecture sensée imiter une ruche : il propose de l’art contemporain à la portée de tous.
En descendant vers la 5e Rue, n’hésitez pas à entrer à The Last Bookstore, fameuse librairie indépendante, très populaire, installée dans les anciens locaux d’une banque.
Bien sûr, vous ne manquerez pas de visiter les locaux de l’industrie du cinéma ou encore le Chinese Theater situé le long du Walk of Fame, ce trottoir très célèbre où sont gravés les noms de célébrités du show business sur Hollywood Boulevard.

 

Quels sont vos quartiers préférés ?

J’habite à South Pasadena, une municipalité de la banlieue proche de Los Angeles, sur la ligne de métro Gold Line. Pas très loin de Highland Park et Silver Lake, des quartiers qui n’avaient pas bonne presse jusque dans les années 2000 et qui se sont aujourd’hui complètement gentrifiés. Les vieux théâtres et les vieux cinémas ont été réhabilités ; les cafés, galeries d’art et restaurants hipsters y poussent comme des champignons.
Je me sens vraiment chez moi dans les quartiers est de la ville, de Los Feliz à Pasadena en passant par Downtown. Le patrimoine historique y est plus visible. La nature est davantage présente, on y circule mieux et la scène culturelle indépendante y est riche et florissante.

Comment avez-vous vu évoluer la Cité des Anges ?

Elle est en constante transformation. Lorsque j’habitais Downtown, à mon arrivée, je voyais déjà à quel point le quartier était en plein boom. Venice et Santa Monica se développent aussi beaucoup. C’est là que se sont implantées les start up de la Silicon Beach. Le métro a également changé la physionomie de LA qui doit accueillir les JO d’été en 2028. Il est donc en pleine rénovation, on lui ajoute des stations, ce qui en fait un très bon moyen de transport pour se déplacer, même s’il demeure boudé par de nombreux Angelenos qui continuent de lui préférer la voiture. Aujourd’hui, de Union Station à Santa Monica, le métro vous emmène à la plage.

Quel est le meilleur moment pour visiter Los Angeles ?

En règle générale, je conseille d’éviter les mois de juillet et août qui peuvent être caniculaires. Le mieux, c’est probablement de venir à l’automne, en octobre-novembre où il fait quand même 25 °C. En décembre, c’est très sympa de vivre le Noël californien sous le soleil ! Avril est un mois généralement agréable et très fleuri.

Que font les habitants de LA le week-end ?

Cette ville vit 24 heures sur 24 et les Angelenos peuvent continuer à travailler le week-end. On n’a donc pas franchement le sentiment qu’il y a un week-end à LA : tout est ouvert samedi et dimanche.
Depuis une vingtaine d’années, les habitants se sont découvert un nouvel intérêt pour la nourriture saine et la gastronomie. Les plus aisés se rendent très souvent aux Farmer’s Market où l’on trouve les produits locaux bio. Ce sont des endroits sympathiques où l’on peut manger sur le pouce avec la présence de plusieurs food trucks. Los Angeles est très en pointe sur la nourriture végétalienne et végétarienne.
Les Angelenos font également beaucoup de sport, surtout à l’ouest de la ville : ils vont courir, faire du roller, du skate, du surf… Ils sont très casual (décontractés), aussi bien le week-end que la semaine. Ici, on peut être soi-même, les gens sont très relax. On peut se rendre à un événement sans se mettre sur son 31, il n’y aura pas de jugement. Surtout dans le milieu de la Tech, il n’est pas rare que les entrepreneurs ne portent pas de costumes, parfois même des grandes chemises à fleurs hawaïennes. Cela peut sembler paradoxal dans une ville où l’on croise ces actrices « botoxées et siliconées », où le culte de la jeunesse est toujours très vivace.

 

Sur le plan gastronomique, que propose la ville ?

Dans les années 70 est apparue la cuisine californienne fusion qui brasse diverses influences du monde entier. Los Angeles est une ville très multiculturelle, beaucoup de communautés cohabitent dans cette ville, avec des quartiers comme Little Saigon, Koreatown, Little Tokyo et puis une très grande communauté hispanique.
Les restaurants restent assez abordables, même si le coût de la vie ici a beaucoup augmenté avec l’inflation. On y trouve beaucoup de petits restaurants, des food truck, de la street food, des marchés pop-up éphémères. On constate une certaine innovation culinaire à côté des classiques burgers. Des chaînes de fast food se sont mises elles-mêmes au veganisme en proposant des steaks végétaux.

Propos recueillis par Sabrina ROUILLÉ.

 

Les bons plans de Noémie

Un restaurant

Un solo sol
Situé dans le quartier historique et hispanique de Boyle Heights, sur Mariachi Plaza, ce tout petit restaurant propose des plats cosmopolites à l’image de Los Angeles et de ses nombreuses communautés immigrées. L’occasion de goûter aux pupusas salvadoriennes, de délicieuses galettes de maïs fourrées au fromage, ou aux nopalitos, une fricassée mexicaine de feuilles de cactus.
1818 East 1st Street, Los Angeles

Un bar où prendre un verre

Broken Shaker
Un rooftop très populaire à Downtown Los Angeles, à la déco hawaïenne colorée. On peut y boire un cocktail et y grignoter des chips au guacamole, au bord de la piscine ou les pieds dans l’eau, avec une vue imprenable sur la célèbre skyline de la Cité des Anges.
416 West 8th Street, Los Angeles

Un brunch

Nick’s Coffee Shop and Deli
Un vieux « diner » américain rétro, tout droit sorti d’un roman américain, à deux pas de Beverly Hills. Les pancakes y sont savoureuses et le café est à volonté. L’endroit est prisé de certaines célébrités hollywoodiennes, comme en témoigne la galerie de portraits dédicacés qui ornent les murs de cet établissement à l’ambiance joyeuse et populaire.
8536 West Pico Boulevard, Los Angeles

 

Portraits de Los Angeles

Retrouvez le guide Portraits de Los Angeles sur le site des éditions Hikari

Partagez cet article
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Visages du Monde

Notre métier : vous faire voyager, pour vos loisirs, pour votre travail, en groupe, en France et au bout du monde

Réservez votre voyage sur
www.visagesdumonde.fr

Réalisation @accessweb.fr