Phnom Penh

Le nouveau visage de Phnom Penh

Longtemps délaissée par les visiteurs étrangers au profit de Siem Reap et ses temples d’Angkor, Phnom Penh mérite bien plus qu’un détour.

 

De son passé extrêmement douloureux (le 17 avril 1975, les Khmers rouges vident entièrement la ville de ses habitants en un jour avant de plonger le pays dans la terreur et le chaos jusqu’en 1979), la capitale du Cambodge a presque fait table rase. Presque. Car certains lieux de mémoire subsistent comme la prison S21, désormais transformée en musée que l’on peut visiter dans le recueillement pour comprendre l’histoire récente de ce pays.
Aujourd’hui, à l’image de la croissance économique au beau fixe (environ 7 % en 2016) affichée par le Cambodge, Phnom Penh se transforme et offre un nouveau visage. La ville est en plein essor : il n’y a qu’à voir les tours se construire à tour de bras pour comprendre que la cité d’Asie du Sud-Est veut se doter, elle-aussi, d’une skyline moderne et futuriste.

Phnom Penh en tuk tuk

Mais Phnom Penh reste une ville à taille humaine, bien loin de ses consoeurs asiatiques surpeuplées. Avec moins de 2 millions d’habitants, elle offre des balades et des panoramas très plaisants. Il est aisé de flâner dans le centre où se trouvent la plupart des sites incontournables, comme le Palais Royal construit en 1866, qui abrite de nombreux trésors nationaux. Ou le Musée d’histoire nationale, quelques mètres plus loin, où vous pourrez admirer les œuvres de la très riche culture khmère héritée de son ancien empire… Vous pourrez choisir de vous éloigner un peu pour découvrir le Wat Phnom, l’un des plus anciens temples bouddhistes qui a donné son nom à la ville. Embarquer dans un tuk-tuk, cette petite voiture tirée par une moto, est le moyen le plus fun et le plus sûr pour vous déplacer à Phnom Penh. Faites un détour par le Marché central, joyau de l’architecture Art Déco conçu par l’architecte français Jean Desbois sous la colonisation, où vous pourrez acheter bijoux, tissus, souvenirs, statuettes ou encore denrées parfumées.
Et si une pause s’impose, je vous conseille The Shop Bakery, dans la rue 240, à deux pas du palais royal. Vous pourrez y savourer de délicieuses pâtisseries (dont certaines à la française) et vous rafraîchir d’un excellent smoothie. Ne quittez pas la rue 240 trop vite : elle recèle de petites boutiques de créateurs, de magasins d’artisanat et de cafés design sympathiques.
En fin de journée, lorsque le mercure aura légèrement diminué, je vous conseille une balade sur le « riverside », le long de la rivière Tonlé Sap, un bras du Mékong : un moment que vous partagerez avec la population qui vient ici en famille ou entre amis à la nuit tombée. Et pour un dernier verre, grimpez l’escalier du FCC (Foreign Correspondents’ Club) qui prétend avoir été autrefois le rendez-vous des correspondants de presse étrangers pendant la guerre du Vietnam, un bar-restaurant à l’architecture coloniale intacte. De la terrasse du dernier étage qui jouit d’un merveilleux panorama sur le Tonlé Sap, laissez-vous séduire par la douceur de la nuit khmère.

Partagez cet article

Visages du Monde

Spécialiste du voyage pour les groupes et les individuels, sous toutes les formes : circuits, séjours, croisières, pour une journée, un weekend ou plusieurs semaine, nous organisons tout de A à Z.

Réalisation @accessweb.fr