©Unsplash

Vivre ma ville : Bangkok

Alexis Thuaux

Alexis Thuaux a vécu six ans à Bangkok, où il a travaillé notamment en tant que guide privé. Sept années durant lesquelles il a sillonné la capitale thaïlandaise qui compte aujourd’hui quelque 14 millions d’habitants. De retour en France en 2017, Alexis Thuaux y revient toutefois chaque année. Il est l’auteur des Portraits de Bangkok parus aux éditions Hikari. Entretien.

 

Quelle était votre occupation à Bangkok pendant votre expatriation ? 

En France, je travaillais dans la communication et l’événementiel. À Bangkok, j’ai fait du volontariat et j’ai travaillé pour le journal du Musée national. Étant parfaitement anglophone, je travaillais également comme traducteur. 
Nous recevions beaucoup d’amis et je leur servais de guide. Je connaissais bien la ville pour l’avoir beaucoup parcourue en scooter quartier par quartier. De fil en aiguille, j’ai travaillé comme guide privé et j’ai écrit le guide Portraits de Bangkok.

Quels sont les sites incontournables de la ville ?

Bien sûr, le Palais royal. Mais je n’emmenais plus mes amis visiter ce site car il était devenu extrêmement fréquenté, notamment par de nombreux groupes de touristes chinois qui rendaient le lieu difficile à appréhender sereinement. Il faut aussi préciser qu’on ne visite pas le Palais royal lui-même, qui est interdit d’accès, mais le temple du Palais. 

Selon moi, il faut se rendre au Wat Pho (wat signifie « temple » en thaï), beaucoup plus calme, qui comprend tous les éléments d’un temple de niveau royal : le temple où l’on prie, le temple du Bouddha couché, l’arbre sacré, l’école du temple… Dans l’enceinte du Wat Pho se trouve une école de massage où chacun peut se faire masser. Si vous restez quelques jours à Bangkok, vous pouvez vous inscrire à une semaine de formation où vous comprendrez les spécificités du massage thaïlandais.

Wat Pho
Wat Pho


Juste à côté du Wat Pho, à 500 mètres de là, se trouve un temple magnifique très peu connu, le Wat Ratchabophit Sathitmahasimaram Vous pourrez vous y rendre avec un guide. C’est l’un des plus anciens et des plus complets de la capitale thaïlandaise, au bord de la rivière. Vous pouvez y aller en bateau taxi : on arrive sur un ponton en bois au bout duquel se trouvent un marché aux épices et un marché aux poissons. Le long de la rivière, vous trouverez de très jolis boutique-hôtels, des cafés très sympas, des restaurants. C’est une jolie balade.

Sachez qu’on ne rentre pas dans un temple en short ou en tenue légère. Pensez au pantalon léger. Les femmes devront éviter de porter des shorts très courts et d’avoir les épaules dénudées. Prévoyez une étole dans votre sac. Il faut avoir une tenue respectueuse, couvrir ses jambes et ses épaules. On ne va pas au temple vêtu comme pour aller à la plage.

Quelle est l’importance du bouddhisme en Thaïlande ?

En Thaïlande, tout est religion. On pratique le bouddhisme theravada issu d’influences birmanes aux Ve et VIe siècles (bouddhisme birman lui-même arrivé d’Inde au IIIe siècle). C’est un bouddhisme très ancien, relativement conservateur et très différent, par exemple, du bouddhisme pratiqué en Chine ou au Vietnam. En Thaïlande, chaque rivière, chaque arbre possède un esprit qui vit à l’intérieur. Tout est religion. La vie des Thaïlandais est guidée par les préceptes bouddhistes, lors d’un emménagement dans une maison, lors de l’ouverture de son commerce… À chaque étape importante de sa vie. 

Quels sont vos quartiers préférés ?

Pour se loger, je recommande Sathorn, le long de la rivière où vous trouverez de jolis petits hôtels très sympas. C’est le quartier des ambassades, très vert, calme.

Personnellement, j’aime beaucoup Chinatown. C’est la ville ancienne de Bangkok. On peut effectuer un trajet marqué au sol en rouge sur les pavés, de Sathorn jusqu’au Palais royal. Vous y verrez des artisans, des temples, de beaux bâtiments d’architecture coloniale, des temples bouddhistes chinois ou thaïs. Chinatown se développe beaucoup. La ville construit une ligne de métro pour s’y rendre, ce qui va permettre une meilleure accessibilité mais il sera beaucoup plus fréquenté. Peut-être perdra-t-il un peu de son authenticité ?

Chinatown
Chinatown


Quels sont les codes culturels de base à connaître pour un touriste occidental ? 

La Thaïlande est un pays très touristique ; il est très facile de la visiter. Les Thaïs ne parlent pas très bien anglais mais ils compensent ceci avec une patience et une gentillesse à toute épreuve. Ils sont très tolérants, ils côtoient beaucoup d’étrangers. Ceci dit, ne mettez pas un Thaï dans l’embarras en le pointant du doigt si quelque-chose ne vous satisfait pas. N’élevez pas la voix non plus, restez toujours calme et poli. Ne jouez pas l’Occidental sûr de lui ! Je vous conseille de vous méfier de certains conducteurs de taxis ou de tuktuk qui vous proposeront de vous emmener à la journée visiter la ville mais qui vous conduiront dans certaines boutiques pour acheter leurs produits. Et sachez que les taxis roulent très vite. 

Quel est le meilleur moyen de se déplacer en ville ?

En prenant un taxi, vous pourrez passer des heures à l’intérieur en plein embouteillage. Et il y en a beaucoup à Bangkok ! Si vous êtes un peu aventureux, prenez une moto-taxi, en précisant au conducteur de ne pas rouler vite et en négociant le trajet avant de partir. Le tuktuk est souvent un moyen de transport apprécié des touristes mais sachez qu’il est plus cher qu’un taxi et aussi large, il ne pourra donc pas éviter les embouteillages. Pensez aussi à la pollution. Je vous conseille de prendre un tuktuk plutôt en soirée, c’est beaucoup plus agréable.

@Shutterstock
TukTuk


Pour visiter les quartiers proches du fleuve Chao Phraya, prenez le bateau avec un fanion orange, payez votre trajet à l’intérieur (autour de 10-15 baths). Ce sont des bateaux empruntés par les Thaïlandais (à la différence du bateau pour les touristes qui coûte trois fois plus cher). Il y a beaucoup d’arrêts, vous pouvez descendre à un arrêt, visiter, puis reprendre le bateau et continuer ainsi. De la rive gauche à la rive droite. C’est une excellente façon de visiter les quartiers des bords de fleuve.

Quels sont les plats emblématiques de Bangkok ? Des précautions à prendre si on mange dans la rue ?

En Thaïlande, il y a peu de risque d’être malade avec la nourriture de rue et il faut sans nul doute goûter à la « street food ». N’hésitez pas à déguster des fruits frais, coupés devant vous ou en jus de fruits. C’est très désaltérant. Goûtez au « mango sticky rice », de la mangue fraîche servie avec du riz gluant. C’est délicieux. Vous pourrez vous régaler avec du poisson cuit à l’huile de sésame et aux herbes, avec les différents currys (attention, certains sont très pimentés) etc. Comment reconnaître un bon stand de nourriture de rue ? Les Thaïs font la queue devant.

Pour les restaurants plus branchés, Bangkok propose un choix intéressant. Vous aimerez vous poser sur un rooftop (toit-terrasse) comme le Vertigo, sur le toit de l’hôtel Banyan Tree, sur Sathorn Road. Vous pourrez simplement y prendre un verre ou dîner. Tenue correcte exigée. Il y a aussi le Above Eleven, qui propose de la cuisine fusion péruvienne et japonaise. Là aussi, pas d’admission en tong ou en short.

Si vous souhaitez prendre un verre dans un endroit plus relax, vous trouverez beaucoup de bars et de restaurants dans le quartier de Sukhumvit.


Où peut-on faire du shopping ?

Bangkok offre un large choix de centres commerciaux modernes et immenses. Mais sans hésiter, le meilleur endroit pour ramener de jolies choses, c’est le marché Chatuchak. Initialement, c’est un marché de grossistes. Vous y trouverez beaucoup d’artisanat thaïlandais, des objets en bambou, en bois, de la vannerie, du textile (de la soie bien sûr) mais aussi du savon, des épices, du thé etc. Si vous vous rendez sur une île ensuite, c’est ici que vous trouverez des maillots de bain et des tee-shirts à des prix intéressants. De l’autre côté de la rue Otoko, il y a un marché de nourriture avec des stands pour manger sur le pouce. 

Chatuchak
Chatuchak


Ne négociez pas un produit qui est déjà très peu cher, par respect pour le vendeur. On ne négocie pas à tout prix. Mais vous pourrez négocier par exemple si vous lui prenez dix étoles de soie. Restez calme et respectueux. Ne proposez pas de prix mais dites plutôt : « quel est le meilleur prix que vous me proposez si j’en prends quatre ou cinq ? » 

Quelle est la meilleure période pour visiter Bangkok ?

Je déconseille les mois d’avril, mai et juin. Il fait vraiment très chaud, même à la plage dans l’eau ! Juillet et août marquent le début de la saison des pluies mais il ne pleut qu’une heure ou deux après un gros orage. Comme il fait toujours chaud, la vie continue. Donc ce n’est pas très embêtant. La période idéale regroupe les mois de novembre, décembre, janvier et février. C’est l’hiver thaïlandais mais il fait au moins 25-28 °C. Décembre est le mois le plus cher puisqu’il correspond aux vacances d’hiver des Occidentaux.

Propos recueillis par Sabrina ROUILLÉ.

Portraits de Bangkok

Retrouvez le guide Portraits de Bangkok sur le site des éditions Hikari

Partagez cet article
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email

Visages du Monde

Notre métier : vous faire voyager, pour vos loisirs, pour votre travail, en groupe, en France et au bout du monde

Réservez votre voyage sur
www.visagesdumonde.fr

Réalisation @accessweb.fr